RIMG0001

Secouer la torpeur, lever l'engourdissement. Pendant des mois je me suis gavée jusqu'à l'écoeurement (non, c'est faux...) de séries en langue anglaise. Mon oreille, ma cervelle en sont chamboulées : toutes ces vocalises étrangères à ma langue maternelle, plusieurs heures par jour. Est-ce que cette ingestion de sons, de mots, de tournures, mais aussi les mimiques, les postures, mais aussi les clichés, les images toutes faites changent ma façon de percevoir ce que je suis et ce qui m'entoure ? Sans aucun doute. Ce qui change, certainement, c'est ma façon de réfléchir, de me parler en silence ou de m'adresser aux autres. Je ne choisis pas les mots de la même manière. c'est comme si le flux de mots devait à chaque fois passer le défilé de ma gorge, plusieurs vocables dans les deux langues principales qui sont miennes, mais aussi à l'occasion en espagnol ou en allemand. En un un centième de seconde, il faut choisir ; parfois ça coince, j'en deviens presque bègue.

En ce moment, j'ai la version originale et la traduction en français du roman de Barbara Kingsolver : Animal Dreams. Je vais de l'un à l'autre. Je me suis un peu indignée au début des choix de la traductrice - Guillemette Belleteste . Elle prend tout de même pas mal de libertés, mais au final, son texte est beau. C'est un peu autre chose...

La matinée est douce, peu de vent (enfin un peu de calme). Ce matin j'ai arraché une mer d'épinards montés en graines de leur bac et arrosé. Il faut que je me secoue et mette du paillis, une bonne couche. Les terres mélangées (compost, terreau acheté, terre de jardin, sable de rivière) sont si maltraitées par le vent incessant qu'elles ont un air malade vaguement dégoûtant. Je pense que mon mélange est loin d'être réussi.

Aujourd'hui, pour la première fois, je vais accompagner Fille en voiture, elle sera au volant. Elle a mis longtemps, je trouve, à avoir envie de conduire. Pour moi, grimper dans ma voiture, c'est toujours un fort symbole d'indépendance. Foin du réchauffement climatique, j'aime à penser que si j'en avais envie, je pourrais conduire jusqu'en Italie par exemple, sur un coup de tête. Je ne l'ai jamais fais fait, mais j'aime jouer avec l'idée. Pouvoir partir. Mais je peux le faire à pied !