P1070888

Je laisse passer les journées sans faire d'efforts pour les retenir ailleurs que dans ma mémoire.

Le temps est brouillé, le lac cogne de courtes vagues contre la digue au sud - il est au plus haut. C'était peut-être la semaine dernière, Fille fatiguée de presque nuits blanches à travailler et moi fatiguée de rien sommes allées faire nos exercices de chant lyrique sur la rive boisée, déserte. Les canards se sont cru attaqués et se sont rassemblés, ça nous a fait rire. A la maison, quand je pousse la chansonnette (O mio babbino caro), les chats se mettent à miauler, surtout Garfield. Il se demande si le ciel ne va pas lui tomber sur la tête... Mais je crois aussi qu'il aime bien ça. En réalité, l'endroit le plus tranquille pour répéter, c'est la voiture - mi piace, e bello, bello.

Municipales. Au village deux camps s'affrontent, pourtant les résultats montrent clairement que les habitants (dont je suis) veulent les voir travailler ensemble : il fallait 277 voix pour être élu et chacun des candidats dans les 2 listes ne récolte pas moins de 250 voix. Les deux listes, sans étiquette, sont plutôt à gauche, l'une plus tournée vers les techniques actuelles de protection de l'environnement, l'autre plus traditionnelle. La vraie question c'est être cabriérain de souche ou non. Quand on sait que le seigneur d'Ansouis, inquiet de voir les terres de son fief laissées à l'abandon faute d'habitants avait offert le village de Cabrières à une communauté de Vaudois réfugiés dans une vallée perdue des Alpes en 1495, on pourrait se dire que peu importe le moment de l'enracinement dans le village, nous sommes tous d'ailleurs (et quelle importance ?). Pourtant, oui, ça compte pour ceux qui étaient là avant. Je me souviens de l'ancienne boulangère avec qui j'avais eu un différent - elle m'avait lancé en sifflant comme une vipère : ici on n'aime pas les étrangers. Bon, c'est vrai, je suis née à Aubagne, à 60 kilomètres de Cabrières. On est toujours l'étranger de quelqu'un.

Je ne sais plus quand, j'ai fait une promenade entre soleil, mistal et grésil - c'était somptueux, éclatant, vigoureux.

Je pense aux histoires d'amour. Aucun couple ne devrait être fondé sur une histoire d'amour, c'est une éternelle source de malentendus. L'amitié me paraît une valeur plus sûre.